Les bières de la rentrée

Les bières de la rentrée

En cette fin d’été, faisons un point sur les bières de la rentrée et les quelques nouveaux styles rencontrés ces derniers temps.

Un retour aux sources ?

On notera d’abord un retour sur certains styles classiques comme la Pils : bière à la fois simple à faire sur le papier mais finalement complexe et demandant de la rigueur et surtout du temps, du temps de garde par exemple : 10 à 16 semaines !

L’été a été chaud et peut-être y aura-t-il un été indien dans l’arrière-saison. Il va donc de soi qu’une bonne bière acidulée (Sour in English) est toujours agréable dans toutes ses déclinaisons de la Berliner Weisse, fruitée ou non, d’une Gose, ou d’une bière finalement acidifiée par ajout d’acide lactique sans recherche de style particulier.

Une autre tendance du moment est le développement des bières dites sans alcool, pour rappel en loi française sans alcool signifie inférieur ou égal à 1,2 % d’alcool. L’offre commence à se faire variée et les progrès techniques permettent maintenant d’obtenir des bières avec un goût assez proche d’une bière alcoolisée.
Cela reste une alternative intéressante pour la personne, désignée par exemple pour reconduire les autres lors d’une soirée.

Les trois nouveaux styles de la rentrés  

NEIPA (New England IPA)

Un OVNI des temps modernes. La recette est basée sur une IPA avec des notes très marquées de jus de fruits tropicaux, en évitant les côtés résineux et herbeux de certains houblons. L’apparence générale est trouble à opaque dans des teintes plutôt orangées. Le degré d’alcool peut aller de 3 à 10 % d’alcool et l’amertume de 35 à 120 IBU, bien que le rendu final soit moyennement marqué en terme d’amertume. Au final on obtient ce que l’on peut prendre de loin comme une orangeade, non on ne rigole pas ! On notera aussi le côté crémeux de la bière.

Milkshake IPA

Une variante de la NEIPA, avec du lactose en plus (autorisée seulement en France pour le style Milk Stout normalement), pour donner ce côté laiteux, crémeux, comme un Milkshake. Initialement on utilisait souvent de l’extrait de vanille, mais en fait on peut aussi ajouter de nombreux éléments selon son inspiration : du fruit, des épices, etc .

Brut IPA

Un style intéressant et complexe : une bière houblonnée sur la partie aromatique, avec une amertume très modérée (15 à 25 IBU), une finale sèche, voire très sèche, une effervescence importante, une sorte de passerelle entre les vins à bulles et le style IPA avec un large spectre au niveau du degré d’alcool, entre 5,5 à 12 % d’alcool. A noter l’utilisation d’amylases particulières pour atteindre la sécheresse désirée.

Ce style n’est pas évident finalement à concevoir et il arrive parfois d’être déçu lors de sa consommation. Toutefois, quand le résultat est là, vous avez vraiment un produit très intéressant, très subtil, très pointu, pour amateurs avertis !

L'avenir est-il dans la bière en canette ?

Enfin il faut aussi parler du contenant et chacun a pu remarquer que la canette commence à percer sur le marché français, que ce soit en provenance de l’étranger, mais surtout dans nos chères brasseries françaises, qui franchissent de plus en plus le pas pour des bières de style diverses : Pils, famille des IPA, bières acides, pour parler des plus communes.

Belle fin d’été, et bonne dégustation !

 VOUS AIMEREZ AUSSI :

Quelques conseils pour organiser une dégustation de bières
Tout savoir sur L'Oktoberfest 2019