international womens day

Les femmes brasseuses Les femmes à l’honneur dans le monde de la bière

La Journée internationale des femmes approche : l’occasion idéale pour lever notre verre à la santé de toutes les femmes remarquables de l’industrie de la bière. Soulignons cependant que leur rôle dans l’élaboration de la bière est loin d’être récent : il remonte en réalité à des temps éloignés...

Mais commençons par le commencement. Il y a quatre mille ans (rien que ça !), en Mésopotamie, les femmes brassaient déjà de la bière. On comptait même plusieurs déesses de la bière : la Sumérienne Ninkasi, la Mésopotamienne Siris et l’Égyptienne Tenenet. Cette tradition finit enfin par s’étendre à l’Europe et selon la loi norroise (ancien scandinave), les femmes vikings étaient responsables du brassage de la bière. En Allemagne, les femmes jouaient également un rôle essentiel dans le brassage. C’est d’ailleurs une nonne allemande qui eut l’idée d’ajouter du houblon à la bière !

Dans toute l’Europe, le brassage faisait partie des tâches domestiques des femmes et se convertit finalement en une opportunité pour elles de gagner de l’argent. Elles commencèrent à brasser non seulement pour leur propre famille, mais aussi dans un but commercial. 

Petit à petit, cependant, le brassage de la bière commença à devenir une tâche d’hommes alors que le procédé s’industrialisait. Pourquoi ? Premièrement, l’expansion des monastères eut un grand impact sur le secteur. Les moines commencèrent à faire du brassage de la bière leur profession et à gagner en notoriété. La peste noire des XIVe et XVe siècles fut un autre facteur déterminant. En raison du manque de travailleurs après la peste, les salaires augmentèrent et la consommation de bière suivit le même chemin. Le brassage devint plus commercial et fut repris par les hommes.

De plus, la découverte du houblon par Sœur Hildegard permit de conserver la bière bien plus longtemps, contribuant ainsi à la commercialisation du breuvage doré et à l’expansion des brasseries.

L’industrie de la bière fut longtemps dominée par les hommes. Encore aujourd’hui, le brassage et la consommation de la bière sont souvent associés à des stéréotypes masculins. Mais les femmes regagnent peu à peu leur place dans un milieu qui tend à devenir plus hétérogène. Après tout, ce qui compte vraiment, c’est de brasser et déguster de la bonne bière ! Et c’est pourquoi nous avons décidé de mettre en avant quelques brasseries dont les brasseurs... sont des brasseuses.

Orval

La Brasserie d’Orval est une brasserie trappiste belge fondée en 1931. Anne-Françoise Pypaert rejoint la brasserie en 1992 et devient la première femme brasseuse trappiste au monde. Elle prend la tête de la brasserie en 2013. Particularité de la brasserie d’Orval : elle ne propose à la vente qu’une seule et unique bière, l’Orval. Complexe et originale, elle est brassée avec de la levure de Brettanomyces, ce qui en fait presque un style à part entière. Une bière aussi unique que sa brasseuse !

Fuller’s

Cette brasserie londonienne a été fondée il y a plus de 160 ans et leur London Pride est un grand classique. Cependant, nous devons confesser un petit penchant pour la Honey Dew, une bière biologique à la robe dorée et au goût doux, sucré et légèrement amer. L’année dernière, Fuller’s a recruté une nouvelle brasseuse : Georgina Young. Travaillant chez Fuller’s depuis neuf ans, elle montre depuis le début de sa carrière de grandes dispositions pour le brassage. 

Beavertown

Beavertown fait elle aussi partie des grandes brasseries londoniennes et propose des bières aussi savoureuses qu’originales. Chez Beavertown, les brasseuses sont au nombre de trois : Lidia De Petris, Charlotte Freeston et Valeria De Petris. La Gamma Ray est l’une des premières créations de Lidia : une American Pale Ale gorgée de saveurs de mangue et de pamplemousse. 

Gebrouwen door Vrouwen

Cette brasserie néerlandaise, littéralement nommée « Brassée par des femmes », ne compte que des femmes fortes et créatives. Ce qui n’était au départ qu’un simple hobby pour les sœurs Tessel et Do de Heij, originaires d’Amsterdam, s’est converti en une entreprise lorsqu’elles ont monté leur brasserie en 2013. En cinq ans, leurs bières ont rapidement gagné en popularité et sept personnes travaillent aujourd’hui au sein de la brasserie. Nous avons un petit faible pour leur Tricky Tripel, une triple douce en apparence, avec des notes d’abricot et de prune jaune. 

Alors, plus que jamais, Mesdames, santé !

Orval

Bière Blonde | 6,2% | 33 cl

2,79 €
Revient vite !

Fuller's London Pride

Pale Ale | 4,7% | 33 cl

3,49 €

Beavertown Gamma Ray

Pale Ale | 5,4% | 33 cl

2,89 €

Gebrouwen Door Vrouwen Tricky Tripel

Bière Triple | 7,8% | 33 cl

3,29 €
Revient vite !

Fuller's Honey Dew

Bière Blonde | 5,0% | 33 cl

2,89 €

Beavertown Neck Oil

IPA | 4,3% | 33 cl

2,99 €

 VOUS AIMEREZ AUSSI :

France Bière Challenge
L'histoire de l'IPA
Voir tous les articles